Recherche

Les Français et l'entretien de leur chaudière

Quelles sont les principales raisons de l'entretien des équipements de chauffage et qui est responsable de leur maintenance ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles ont dû répondre les sondés pour l'enquête nationale menée par Savelys, filiale de GDF Suez, et Viavoice. Un échantillon d'un peu plus de 1.000 personnes ont été interrogées, les 3 et 4 octobre derniers, sur les opérations d'entretien de leurs chaudières, pompes à chaleur et poêles à bois.  

La sécurité, première préoccupation
La sécurité reste la principale préoccupation des sondés pour procéder à l'entretien de leur système de chauffage : à 91 %, les Français souhaitent avoir confiance en leurs équipements, qu'ils soient alimentés par du gaz naturel, du fioul, de l'électricité (PAC) ou du bois. Les économies d'énergie arrivent en deuxième position des motivations, cependant loin derrière en nombre d'occurrences (37 %). Un résultat étonnant en ces temps de vaches maigres et de flambée des prix, car l'Ademe avance qu'un bon entretien des systèmes permet d'économiser entre 8 et 12 % d'énergie. La performance des appareils pour assurer leur fiabilité est citée en troisième motivation (36 %). Enfin, le confort de son intérieur n'arrive finalement qu'en quatrième position, avec seulement 17 % des sondés qui souhaitent s'assurer d'un intérieur chaud et douillet.

Concernant la responsabilité de l'entretien, l'enquête révèle que les Français en ont une fausse idée : ils sont majoritaires (57 %) à penser qu'elle appartient au propriétaire alors qu'elle relève en fait de celle du locataire, qui occupe le logement. Savelys souligne toutefois que "le propriétaire peut néanmoins décider de faire réaliser cet entretien et d'en reporter les coûts dans les charges. Pour une chaudière, le coût des réparations (hors pièces d'usure) revient à la charge du propriétaire de l'appareil". Rappelons que l'entretien régulier du système est obligatoire depuis le décret du 9 juin 2009 et l'arrêté du 15 septembre de la même année, avec visite annuelle par un personnel qualifié. Pour les pompes à chaleur, le décret du 7 mai 2008 impose également un contrôle annuel, tandis que pour les systèmes de climatisation et PAC réversibles, c'est un décret du 31 mars 2010 qui rend obligatoire cette inspection.